Dans la presse

Capture d’écran 2020-02-25 à 10.17.39.pn

Canal Alpha : Une maison pour la famille de musiciens ukrainiens

24 février 2020

Le musicien ukrainien Yaroslav Ayvazov et sa famille sont menacés d’expulsion. Sans contrat de musicien fixe, les chances de Yaroslav d’obtenir un permis de séjour était faibles. Au mois de janvier, un comité formé de Florine Massy, Viviane Jeanneret et Marus Wider a fondé l’association « DOM » à Noiraigue. « Dom » signifie « maison » en russe. L’association, qui compte 25 membres, a été créée pour que Yaroslav puisse promouvoir ses activités musicales et artistiques. Il a désormais un contrat de travail à 30%, directeur artistique de « DOM », ce qui augmente ses chances d’obtenir un permis.

Pétition sur Change.org

13 février 2020

Yaroslav Ayvazov et Vira Korolova appartiennent à la minorité russe d'Ukraine. Arrivés en Suisse pour leurs études en 2004, ils y vivent depuis quinze ans avec leur trois enfants, nés et scolarisés en Suisse.

La pétition sur Change.org

Image%2013-02-2020%20%C3%A0%2016_edited.jpg
Image 13-02-2020 à 17.18.jpg

Reportage sur canal alpha

4 février 2020

Arrivés en Suisse en 2004, Yaroslav Ayvazov et Vera Korolova, ukrainiens d’origine, ont fondé une famille dans notre pays. Installés à Noiraigue, dans le Val-de-Travers, depuis 2008, les deux musiciens, et leurs 3 enfants, sont menacés d’expulsion depuis fin 2014. Le couple n’avait pas de contrat de travail fixe, leur permettant de prétendre à un permis de séjour. Le Val-de-Travers et les musiciens de la région se sont mobilisés pour leur venir en aide. Une pétition a été signée par plus de 6’000 personnes en seulement 2 mois

Le Courrier

8 janvier 2020

Une famille de musiciens ukrainiens se bat depuis quatre ans contre son expulsion. Six mille personnes se sont engagées pour demander aux autorités le réexamen de leur dossier....

Image 13-02-2020 à 16.18.jpg
Capture d’écran 2020-02-25 à 10.17.39.pn

ARC INFO

19 Décembre 2019

Une famille ukrainienne établie à Noiraigue depuis 2008 se bat depuis quatre ans pour éviter l’expulsion. Un large comité de soutien politique et citoyen s’est formé cette fin d’année, alors que leurs chances de rester en Suisse sont très limitées.